lundi 13 décembre 2010

VAC-Magazine publie un portrait de Georges Moréas

VAC-Magazine, dans son numéro 255, publie un portrait de Georges Moréas. VAC est le sigle de Vivre À Conflans-Sainte-Honorine. Cet article, signé de Gwenaëlle Leprat, présente l'ex-policier, désormais écrivain et blogueur, sous le titre de “Vigie au grand cœur”, une jolie métaphore ! Il est illustré d'une photo de Marck Delaunay. La lecture en ligne est proposée sur le site de la ville.

Un bref extrait : « On réalise très vite [que Georges Moréas] est plutôt félin : très calme, tout en intériorité, mais prêt à saisir la balle au bond. D’ailleurs, il a dirigé l’ancienne Brigade du Tigre créée par Clemenceau pour arrêter la bande à Bonnot, une unité devenue dans les années 1980 la SRPJ de Versailles. »

dimanche 5 décembre 2010

Nirvana à la Fée Verte

Profitez de ce photo-reportage.
Un simple clic sur les photos les affiche en plus grand format.

Le bar avant l'arrivée de la foule, nombreuse ce soir-là !


Un Nirvana Ambré dosé dans les règles de l'art, voilà qui réjouit l'éditeur et l'auteur.


Trinquer avec une lectrice (et coloriste) ? Le Nirvana !


Un cocktail passé du virtuel au réel.


À la santé des lecteurs, des lectrices, des auteurs, des autrices – pardon, des auteures – et des barmen et barwomen !


Faudrait voir à pas trop abuser des bonnes choses, hein, bon, quand même, Totor et Bazu !


Un lecteur, expert en San-Antonio, nous livre son analyse comparative…


Ne pas oublier de signer les bouquins, bordel !

Les éditions AO remercient les fées vertes, Colette et Johanna, pour leur accueil et leur gentillesse.

Dédicaces à la librairie Fantasio (Villeurbanne)

Profitez de ce photo-reportage.
Un simple clic sur les photos les affiche en plus grand format.

L'auteur, Daniel Safon, et son éditeur, Jean-Luc Tafforeau, en embuscade à l'entrée de la librairie Fantasio, en plein cœur du quartier des Gratte-Ciel de Villeurbanne. Un grand merci à Hervé Blanchard et à toute l'équipe de la librairie pour nous avoir supportés 3 heures durant à l'entrée du magasin.


Tous des planqués, ces éditeurs !


Pour écrire, mieux vaut savoir prendre de la hauteur.


Répéter, faire ses gammes avant de dédicacer.


Le sourire, coco, c'est le B-A BA du métier !


Expliquer, inlassablement : “Une nouvelle série de polars…”


Convaincre, à grands renforts de gestes.


Écouter le (futur) lecteur.


Prendre connaissance de la quatrième de couverture sous haute surveillance.


1. Lever la plume, réfléchir un instant…
2. Écrire sur la page de garde, sans abîmer la couverture, nom d'un cachou, c'est pourtant pas compliqué !


Inutile de tenter de cacher le texte, la photographe a tout vu !


Mais bien sûr que si : on peut toujours faire des progrès. Quant au Progrès (de Lyon), il nous a consacré un article. Qui a dit que les guillemets ne servaient à rien ?