Mémo

Ce mémo rassemble quelques éléments d'orthographe et de typographie que les éditions AO appliquent dans les textes des livres qu'elles publient.
Dans nombre de cas, aucune règle universelle n'existant, ce sont des choix parmi plusieurs usages constatés et toujours contestables (“marche typographique”).

Vous pouvez aussi consulter nos billets de blog consacrés à l'orthographe, la typographie et la mise en pages, notamment :


Âges & années

En chiffres :
Il a 14 ans. L'anniversaire de ses 20 ans.
Mais : cela fait douze ans qu'il a commencé le vélo.
Une étrangeté consacrée par l'usage : si l'on écrit bien sûr quatre-vingts ans (penser à la liaison), eh bien l'on orthographie ainsi les années quatre-vingt, sans S à vingt.


Ça

Sans accent grave, sauf dans :
çà et là
Ah çà !
Ne pas oublier la majuscule avec cédille en début de phrase. 
Et : deçà delà*, au-delà, par-delà, de-ci de-là* (* avec ou sans virgule). L'au-delà n'a pas besoin de majuscule, sauf peut-être dans des textes très religieux…


Conditionnels passés

On oublie trop souvent que le conditionnel passé comporte deux formes.
La première forme est connue : “Il aurait cru”.
La seconde l'est aussi, mais on la confond facilement avec un subjonctif plus-que-parfait, sur lequel elle est construite : “Il eût cru”. Une formule courante est ainsi de dire “Qui l'eût cru ?”, qui est équivalent à “Qui l'aurait cru ?”
Attention aux circonflexes en la matière : “Qui l'eut crû ?”, inversion redoutable, puisqu'il s'agirait du verbe “croître”, et d'un passé antérieur…


Élision

Lorsque : s'élide devant il(s), elle(s), on, en et un(e).
Puisque : s'élide devant il(s), elle(s), on, en et un(e).
Parce que : s'élide devant il(s), elle(s), on, en et un(e).
Quoique : s'élide devant il(s), elle(s), on et un(e).
Jusque : s'élide toujours devant une voyelle.


Leur(s)

Tout est détaillé sur le blog Voltaire, à cette adresse.
Quelques exemples savoureux, comme “les vampires sortent de leur tombe” (dans laquelle ils devaient être serrés), ou des soldats qui “tirent leurs épées” (ils en auraient au moins deux chacun), tandis que “Jean et Jacques montèrent dans leur voiture” (dans laquelle ils voyagent ensemble) ou “dans leurs voitures” (chacun la sienne).


Heures

Heures d'horloge composées en chiffres (avec abréviation si nécessaire) ; durées, délais en lettres.
Il est 8 heures, j'attends depuis deux heures. À 8h30, je m'en vais…
Sous-entendu : j'attends depuis 6 heures du matin (et non depuis 2 heures du matin).
Il est 8 heures, j'attends depuis 7 heures.
Sous-entendu : ça fait une heure que j'attends (et non pas depuis 1 heure du matin).
NB : la typographie de ce blog ne permet pas d'afficher les espaces fines insérées entre 8, h et 30, ou entre 8 et heures.


Maison

Habiter dans un deux-pièces (avec trait d'union).
La salle de bains (au pluriel).


Madame, Mademoiselle, Monsieur

Écrits en toutes lettres dans les dialogues, et sans majuscule :
– Bonjour, monsieur Durand.
Dans le corps du texte, possibilité d'abréger – M. Dupont – avec homogénéité de la typographie pour Mme et Mlle (ainsi que Me) éventuellement en exposants.


Petit déjeuner

Pour un déjeuner qui est petit, pas besoin de trait d'union. En revanche, le verbe en comporte un, car l'adjectif y est intégré :
Nous petit-déjeunerons dans une heure


Quasi

On hésite souvent à placer un trait d'union. Pour un adjectif, il est superflu, c'est quasi sûr (c'est quasiment sûr). Pour un nom, un trait d'union s'impose, un quasi-crétin, c'est un ensemble homogène.


Sans

Le pluriel est capricieux.
Quelques exemples : Sans scrupule, mais Sans enfants
Note : un “sans-papiers” (au pluriel, on a “des papiers” et non un seul).
Choix AO : distinguer un “prêt sans intérêts” (sans agios) d'un “prêt sans intérêt” (qui ne serait pas intéressant).


Des tâches qui font tache

Probablement l'une des “étourderies” les plus fréquentes.
Quand il s'agit de saleté, de tissu taché, pas de circonflexe.
Mais quand on accomplit une tâche, elle est si lourde à assumer qu'elle sonne avec circonflexe.
D'où : je tâcherai de vous répondre (et non je tacherai de vous répondre, qui ne rime à rien).


Tout

Épineux, ce “tout” !
Adverbe : quand il signifie “tout à fait”, il s'accorde en genre et en nombre avec l'adjectif qui le suit, lorsque celui-ci commence par une consonne ou un h aspiré.
D'où : Elle est toute honteuse / La salle tout entière
Tout autre : encore plus épineux, selon que “tout” signifie “n'importe quelle” (adjectif : Toute autre femme…) ou, comme précédemment, “tout à fait” : La vérité était tout autre.
Dans la catégorie inattendue : “Tout yeux tout oreilles”…


Yeux

Ah, le célèbre : “entre quat'z-yeux”, son apostrophe et son trait d'union.
Pour l'humour : “des œils-de-bœuf” (et non des yeux-de-bœufs, bien sûr).
On écrira : “peinture en trompe l'œil” et “un trompe-l'œil” (trait d'union pour le nom), ainsi que “du tape-à-l'œil”.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire