mardi 2 avril 2013

Quais du polar 2013

Les éditions AO étaient présentes dimanche et lundi derniers au festival Quais du polar de Lyon. La manifestation est devenue l'un des rendez-vous majeurs autour d'un genre littéraire parmi les plus populaires. Les organisateurs annonçaient plus de 60000 visiteurs. Joli score !


Nous présentions pour notre part le suspense signé de Henry Carey, Six yaourts nature, que l'auteur a dédicacé sur le stand de la librairie Le Bal des Ardents – dont nous remercions ici chaleureusement les responsables. Ce fut une belle expérience d'échanges avec des lectrices et des lecteurs passionnés, à l'esprit ouvert, dont l'accueil nous a beaucoup touchés.

C'est quoi, exactement, le polar ?
Ce qui est drôle, avec les mots de notre langage, c'est qu'ils sont parfois difficiles à définir avec précision, alors que, paradoxalement, leur sens nous paraît évident. C'est le cas du terme “polar”. Une visiteuse m'a posé la question-piège : “Mais, au fait, c'est quoi exactement, le polar ?” Suivant mon intuition, je lui ai répondu que le “polar” était la contraction du “roman policier” et du “roman noir”, pour une acception aussi large que possible. Quelques recherches sur le web m'ont montré que ce n'était pas aussi simple…

“Polar” pourrait donc n'être que la contraction argotique de “policier”. Il aurait aussi un homonyme, “polard”, terme vieilli qui désignait dans les années soixante-dix les étudiants bosseurs, “polarisés” sur leurs études. J'ai même entendu le mot désigner un “polochon” dans mes jeunes années…

Roman “noir”
Pour autant, je trouve que la référence au roman dit “noir” est cruciale, et mérite d'être intégrée au nom commun “polar”. Car cette précision élargit le genre, au-delà de l'enquête policière stricto sensu. Dans la quasi-totalité des romans noirs, un acte répréhensible, généralement parmi les pires, se produit : un meurtre, un assassinat… Mais c'est surtout l'examen de ces pans sombres de la vie humaine qui caractérise le genre. Qu'il y ait enquête policière ou pas, que les motivations des meurtriers soient passionnelles, crapuleuses ou politiques, qu'il s'agisse de crimes de droit commun ou d'espionnage, voire qu'il ne s'agisse que de délits, tels le vol – les romans relatant des cambriolages, des escroqueries répondant tout aussi bien à la définition du roman noir. On commence aussi à voir des romans noirs se déroulant dans les entreprises, et ils sont parmi les plus “hard”. N'oublions pas non plus le genre “thriller”, et sa variante “suspense”, entrent la plupart du temps dans le registre du polar – du moins tel qu'il était représenté au festival du week-end dernier, avec même parfois une note d'anticipation, tels ces futurs proches – souvent noirissimes – que nous décrivent certains romans.

Et en anglais ?
L'un de nos voisins de dédicaces, le célèbre Américain Kent Anderson, m'a indiqué un élément intéressant. Je lui avais demandé quelle expression les Anglo-Saxons utilisaient pour le “roman noir” (je me doutais bien que ce n'était pas “black novel” !). Il m'a répondu que le mot français “noir” avait cours aux États-Unis pour désigner cette littérature. Comme quoi il arrive que nos amis d'outre-Atlantique recourent au français quand un terme leur manque – ce qui est plus rare que l'inverse, reconnaissons-le !

Un roman noir & blanc
Et, pour conclure sur l'un des romans que nous présentions, Six yaourts nature entre dans la catégorie du roman noir… sans être un policier. On n'y trouve pas d'enquête policière, pas de flics à proprement parler, mais du suspense, du mystère, de la rapidité d'action, et, au cœur du livre, un “noir mystère” qui va entraîner la chute de certains personnages. En dépit de sa couverture sur laquelle le blanc occupe un large espace, en dépit du titre, qui évoque la blancheur lactée d'un produit si répandu, le roman n'en est pas moins… noir, par conséquent, de ce noir qui altère les âmes des êtres humains pour toujours, et les précipite dans le drame…

(*) Ajout du 3 avril
Dans un article du Monde datant de 2010, Gérard Meudal remarquait :
En l'espace de trente ans, le genre policier a “contaminé” ou, devrait-on dire, enrichi la fiction romanesque dans son ensemble. Il est sans doute utile de distinguer le roman policier, le roman noir, le polar ou le thriller, mais la vérité, c'est que dans ce remarquable bouillonnement les définitions sont devenues de plus en plus floues – et c'est tant mieux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire