dimanche 20 mai 2012

Créer un e-book avec InDesign

Le logiciel de mise en pages d'Adobe, InDesign, dispose de fonctions de création de livres électroniques permettant de convertir un livre-papier en eBook. L'expérience n'est guère aisée, tant les paramètres sont multiples et disséminés dans un grand nombre de dialogues. Voici un partage d'expériences.

Le livre traité dans cet exemple est Un Flic de l'Intérieur, de Georges Moréas, disponible aux éditions AO (en version papier pour le moment).
NB : quoique peu enclins à employer du franglais, par pure fainéantise nous avons utilisé dans ce billet le terme “e-book” en lieu et place de “livre électronique”.
336 pages, format 20,5 x 13 cm. ISBN 978-2-913897-20-5. Prix : 14,90 € TTC.


Plan de l'e-book
C'est le plus difficile à maîtriser !
Pour que l'e-book dispose d'une table correctement présentée, on doit absolument créer une table des matières InDesign (menu Page > Table des matières). Les numéros de pages n'auront aucune importance bien sûr.
Mais ça ne suffit pas.


La table est créée à partir des styles des parties (et éventuelles sous-parties si l'on souhaite organiser le plan en deux niveaux). Dans l'exemple, les niveaux sont intitulés “Partie” (1) et “Chapitre” (2).
Des précisions sont à ajouter aux styles concernés :


Dans la rubrique “exportation du balisage” du dialogue de style de paragraphe, nous avons indiqué que la balise h1 (niveau 1 de plan) était associée au style nommé par exemple “Partie”. Pour que la typographie des titres apparaissant dans l'e-book soit correctement traitée, la “classe” est associée au nom du style (même dénomination, éviter les espaces dans tous les cas). La correspondance est ainsi établie entre les CSS (feuilles de style en cascade, que l'on a pu utiliser pour des pages HTML) et les styles propres à InDesign. La transcription des caractéristiques typographiques du style InDesign est vérifiable dans la zone Info d'export figurant en dessous.

Présentation du texte
Avant de créer un e-book, mieux vaut simplifier les styles, en prenant comme style courant le [Paragraphe standard], justifié à gauche, avec une police aussi courante que possible, un retrait de première ligne de paragraphe et c'est à peu près tout.
Les espaces insécables spécifiques à InDesign semblent correctement transcrits dans le corps du texte de l'e-book (rien de plus désagréable, en effet, que ces e-books avec une typographie anglo-saxonne sans espaces avant les signes comme les points d'exclamation, d'interrogation, etc.)

Capitales
Notez que les petites capitales semblent ne pas se répercuter correctement dans l'e-book (à confirmer).
Pour contourner ce problème, nous avons saisi à nouveau directement en lettres capitales les titres devant apparaître ainsi. Même traitement pour les grandes capitales.

Les exposants
Nous ne sommes pas parvenus à les intégrer dans l'e-book de façon satisfaisante. Les caractères n'étant pas composés en un corps plus petit, les lignes comportant des exposants sont plus hautes en interlignage dans la version électronique.


Aussi avons-nous court-circuité ce problème en remplaçant tous les exposants par des caractères standards, malgré le manque d'élégance… (On pourrait certainement “bricoler” plus avant, mais le temps nous est compté).

Sauts de lignes forcés
On remarque, semble-t-il, que les doubles sauts de paragraphes ne sont pas répercutés dans l'e-book (en dépit d'une option proposée dans l'exportation, voir plus bas). Leur préférer des espaces avant et après (les millimètres indiqués dans InDesign deviennent des “em” ou des pixels dans la syntaxe des CSS).

Couverture
Pour qu'apparaisse une couverture au début de l'e-book, l'image correspondante a été importée en toute première page du livre, pleine page. Cela semble suffire.

Page de titre
La solution qui nous a paru la meilleure a consisté à créer une page dont le titre (de niveau 1 dans la hiérarchie du plan) correspond à celui du livre. Il apparaîtra alors en début de plan, et il est aisé de rassembler sous ce titre les informations sur le livre (auteur, présentation, copyright, ISBN et autres mentions éditoriales).

Métadonnées
Comment intégrer dans l'e-book les informations générales ? La seule solution que nous avons trouvée consiste à compléter les champs proposés dans le dialogue de la commande de menu Fichier > Informations.

Création de l'eBook
Elle s'effectue par la commande de menu Fichier > Exporter, en choisissant le format ePub.
Le dialogue qui est présenté après validation (bouton “Enregistrer”) a été renseigné ainsi :

Rubrique Général
Cocher Inclure les métadonnées du document (pour récupérer celles qui ont été saisies).
Ajouter une entrée pour l'éditeur : indiquer la raison sociale ou l'adresse du site Internet de l'éditeur.
Couverture : pixelliser la première page (étant donné ce que nous avons choisi précédemment).

Rubrique Image
Nous n'avons rien modifié des options proposées.

Rubrique Table des matières


Cocher Utiliser le style de table des matières d'InDesign (valeur “par défaut”).
Diviser le document en fonction du style de paragraphe. Cette option laisse songeur, car un seul niveau de plan semble proposé. Cocher de toute façon l'option, en choisissant comme style celui qui correspond au niveau 1, soit “Partie” (les autres niveaux étant gérés, semble-t-il, par l'intermédiaire des options d'exportation des styles).
Générer le fichier CSS. Cocher l'option et toutes les sous-options pour que l'e-book dispose des informations de mise en forme des styles (sinon, ils seront réglés à des valeurs par défaut que l'on ne maîtrise pas).

Au prix de multiples tâtonnement, et d'une cinquantaine d'essais successifs, nous avons fini par créer un e-book à peu près présentable.

Commence la phase des tests. Comment vérifier que le résultat est le même dans tous les environnements ? Mission (presque) impossible, à moins de disposer de tous les matériels requis (PC, Mac, tablettes, iPad et autres iPhone…)

Rendu
Adobe fournit un lecteur assez fruste. Il s'agit de Adobe Digital Edition.
Un exemple de rendu :


Auteur et titre apparaissent en premier, car de style “Partie” (niveau 1), composés en lettres capitales.
Les deux niveaux de plan sont bien répercutés dans le sommaire (à gauche). Les métadonnées permettent de récupérer le titre et l'auteur à côté de l'imagette de couverture.


Il est assez décevant de ne pouvoir disposer d'une fonction de césure des mots, ce qui peut entraîner des affichages disgracieux. Compte tenu des possibilités de zoom proposées par tous les lecteurs d'e-books, on comprend cependant que la césure ne pourrait résulter que d'un algorithme, par essence imparfait. En version papier, il nous est loisible de contourner et corriger d'éventuelles césures malvenues, en version électronique, c'est par construction impossible. Mieux vaut donc se contenter de mots non coupés (mais il doit certainement exister des fonctions de césure pour les e-books, nous ne prétendons pas tout connaître au terme de ces essais pragmatiques et purement expérimentaux).
Addendum du 2 juin 2012 : il existe des algorithmes de césures, comme nous l'avons constaté (voir le billet suivant). Rectification par conséquent, ce point est à mettre à l'actif de l'e-book.

Dans un navigateur
epubreader
Il existe aussi des lecteurs d'e-books fonctionnant à l'intérieur d'un navigateur. Nous avons testé epubreader dans Firefox :


Rien de bien extraordinaire, mais au moins est-ce utilisable. Quelques petits bugs, probablement, les clics sur les chapitres n'aboutissant parfois pas au bon endroit, sauf en répétant le clic…

Sigil


Un éditeur complet d'e-books, Sigil, figure parmi les logiciels libres et gratuits. Très technique, il se révèle extrêmement difficile à manier. Quant au code généré, s'il est certainement juste, il pourrait vous rendre fou si vous tentez de “mettre les mains dans le cambouis” !

Si ces quelques explications vous ont aidé(e)s, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site web des éditions AO, à prendre contact via la page homonyme et, qui sait, à nous acheter de vrais livres en papier, qui rendent tellement mieux et sont tellement plus agréables à manier (une opinion qui n'engage que nous !).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire