mercredi 18 décembre 2013

Jean-Claude Charlet au JT Montagne de “8 mont Blanc”


Mercredi 18 décembre 2013, Jean-Claude Charlet était l'invité du JT Montagne de la chaîne 8 mont Blanc.


Interviewé par Patrice Mallet (ci-dessus), présentateur de l'émission, et Jacques Deloche (ci-dessous) en tant que critique littéraire, il a largement évoqué De Fils en Aiguilles, qui vient de paraître aux éditions AO, donnant d'intéressantes précisions sur l'état d'esprit du livre et les circonstances de son écriture.


L'émission devrait être disponible sous peu en replay

En attendant, voici quelques extraits de la “parole” de notre guide-auteur.

Après avoir expliqué le jeu de mots du titre – de “fils” en aiguilles – Patrice Mallet a demandé à Jean-Claude Charlet :
– Alors, quand on s'appelle Charlet, on est guide de père en fils ?
– En tout cas, mon père était guide, mon fils est guide aussi. J'ai deux fils, il y en a un qui n'est pas guide et ça ne me dérange pas du tout ! Ce n'est pas forcément la volonté des pères que leurs enfants soient guides – il ne faut pas croire. Mon père ne souhaitait pas que je sois guide, et je ne souhaitais pas tellement que mon fils le soit… Mais lorsque ça se passe, on est plutôt content, quand même !
Patrice Mallet a bien sûr posé à Jean-Claude Charlet la question-clé sur la filiation :
– C'est bien… ou c'est difficile d'être “le fils de” ?
– C'est épouvantable ! Parce qu'on vous attend dans un domaine où, là, je ne pouvais pas égaler mon père bien entendu, parce qu'il était particulièrement brillant dans son domaine, donc je n'avais que peu d'espoir de me fabriquer un prénom… [un temps, sourire] Non, c'est pas facile !
Plus tard, après avoir évoqué sa propre ascension de l'aiguille Verte, Jean-Claude Charlet raconte ainsi l'entrevue avec son père Armand à son retour du couloir Couturier :
– J'ai vu dans son regard qu'il était plutôt fier de moi, et je vous assure que c'est un des moments les plus importants de ma vie, parce que gagner la confiance de son père – et en même temps un petit peu “le tuer”, je crois que c'est notre lot à tous…
Le dernier chapitre du livre vous en dira plus sur cet épisode marquant…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire